Notes de lecture

bkg

La défaite de l’Occident

Note de lecture de l’ouvrage d’Emmanuel Todd, La défaite de l’Occident (Gallimard, 2024), par Jean-Yves Autexier, vice-président de la Fondation Res Publica.

bkg

De Gaulle, une vie : L’homme de personne, 1890-1944

Note de lecture de l’ouvrage de Jean-Luc Barré, De Gaulle, une vie : L’homme de personne, 1890-1944 (Grasset, 2023), par Joachim Le Floch-Imad, directeur de la Fondation Res Publica.

bkg

La France est-elle finie ?

Note de lecture de l’ouvrage de Bertrand Badie, Pour une approche subjective des relations internationales (Odile Jacob, 2023), par Lucas Lusseau.

bkg

L’ère de l’affirmation : répondre au défi de la désoccidentalisation

Note de lecture de l’ouvrage de Max-Erwann Gastineau, L’ère de l’affirmation – Répondre au défi de la désoccidentalisation (Éditions du Cerf, 2023), par Jean-Yves Autexier, vice-président de la Fondation Res Publica.

bkg

Jean-Claude Michéa persiste et signe

Note de lecture de l’ouvrage de Jean-Claude Michéa, Extension du domaine du capital (Albin Michel, 2023), par Marie-Françoise Bechtel, présidente de la Fondation Res Publica.

bkg

Les intellectuels fondateurs de la République – Cinq études sur la pensée politique du XIXe siècle

Note de lecture de l’ouvrage de Sudhir Hazareesingh, Les intellectuels fondateurs de la République – Cinq études sur la pensée politique du XIXe siècle, par Lucas Lusseau.

bkg

“Jean-Pierre Chevènement, du défi au pari”

Note de lecture de l’ouvrage de Jean-Pierre Chevènement, Refaire la France (Bouquins, 2023), par Marie-Françoise Bechtel, présidente de la Fondation Res Publica.

bkg

Défense et illustrations des valeurs de la République : deux contributions précieuses

bkg

L’imaginaire des peuples, du déni au chaos ?

bkg

Vendre la guerre : Le complexe militaro-intellectuel

Note de lecture de l’ouvrage de Pierre Conesa, Vendre la guerre : Le complexe militaro-intellectuel (L’Aube, 2022), par Erwan le Brasidec.

Dans Vendre la guerre, Pierre Conesa revient sur trente ans de fuite en avant médiatique guidée par un bellicisme de plateaux télé et de postures intellectuelles. Ce qu’il appelle le « complexe militaro-intellectuel », fruit de la « catastroïka », c’est-à-dire de la disparition du bloc soviétique, se trouve être derrière chacune des offensives, plus ou moins victorieuses, toujours coûteuses en vie humaine et rarement concluantes, des puissances occidentales.