Notes de lecture

bkg

Assiste-t-on à une renaissance des classes populaires ?

Note de lecture de l’ouvrage de Christophe Guilluy, Le temps des gens ordinaires (Flammarion, 2020), par Joachim Le Floch-Imad, directeur de la Fondation Res Publica.

Reprenant le concept de « gens ordinaires » cher à George Orwell, Christophe Guilluy poursuit sa réflexion sur les fractures de la société française. Il décrit l’émergence et l’autonomisation d’un bloc populaire majoritaire structuré par un désenchantement à l’égard du modèle globalisé et multiculturel.

bkg

La relation franco-allemande et le problème de l’hégémonie en Europe

Note de lecture de l’ouvrage de Georg Blume, Der Frankreich-Blues (Edition Körber, Hambourg, 2017), par Baptiste Petitjean, ancien directeur de la Fondation Res Publica, et Lise Buttin.
Dans Der Frankreich-Blues, Georg Blume dresse le bilan critique des relations franco-allemandes dans la période récente. Il fait tomber un constat lourd : les Allemands ne s’intéressent plus à la France. Les décisions politiques françaises sont déconsidérées à Berlin, où ce sont plutôt la situation de la zone euro et l’évolution du commerce international qui préoccupent. L’auteur lance un appel à la prise de conscience chez ses concitoyens : l’Allemagne et la France doivent surmonter le point bas de leurs relations et, surtout, s’accepter telles qu’elles sont. Telle est la condition de l’équilibre de la construction européenne.

bkg

Réhabiliter la nation, rétablir l’Etat

Note de lecture de l’ouvrage de David Djaïz, « Slow Démocratie – Comment maîtriser la mondialisation et reprendre notre destin en main ? » (Allary Editions, 2019), par Baptiste Petitjean, directeur de la Fondation Res Publica.
Détournant la formule de Paul Valéry sur le devenir des civilisations, David Djaïz nous rappelle que « les démocraties sont mortelles ». Soutenue par l’Etat républicain, la nation démocratique, dont l’idée est à revitaliser mais dont les réalités restent bien visibles, semble la forme politique la plus capable de surmonter une triple crise sociale, territoriale et environnementale.

bkg

France – Allemagne, rétablir l’équilibre des forces en Europe

Note de lecture du livre d’Edouard Husson, « Paris-Berlin : la survie de l’Europe » (Gallimard, octobre 2019), par Baptiste Petitjean, directeur de la Fondation Res Publica.
Dans un livre remarquable, un des meilleurs lus depuis longtemps sur l’Allemagne sous la plume d’un germaniste français, s’inscrivant dans la grande tradition des Charles Andler, Edmond Vermeil, etc., Edouard Husson construit une grille de compréhension actualisée de l’Allemagne, ainsi qu’une feuille de route, à la fois théorique et pratique, de la nécessaire réactivation du « deutsch-französische partnerschaft » qui passait autrefois pour le moteur de l’Europe.

bkg

Le couple franco-allemand n’existe pas

Note de lecture du livre de Coralie Delaume, « Le couple franco-allemand n’existe pas. Comment l’Europe est devenue allemande et pourquoi ça ne durera pas » (Michalon, 2018), par Marie-Françoise Bechtel, conseiller d’Etat (h), vice-présidente de la Fondation Res Publica. L’auteur nous a habitués à travers de précédents essais à traquer des habitudes persistantes d’occultation du réel. Un certain bréviaire européiste est ainsi le fil directeur de ses critiques [1] servies par des analyses précises et une connaissance sans cesse approfondie des mécanismes d’une Union européenne dont elle reste l’infatigable scrutateur.

bkg

Une approche réaliste des problèmes internationaux

Note de lecture du livre de Hubert Védrine, « Comptes à rebours » (Fayard, 2018), par Marie-Françoise Bechtel, conseiller d’Etat (h), vice-présidente de la Fondation Res Publica. Cet ouvrage [1] développe ce que l’on pourrait appeler une approche réaliste des problèmes internationaux. En rupture ferme quoique non agressive avec une partie des idées dominantes, Hubert Védrine plaide pour un « retour au réel » qui romprait avec la vision largement répandue en Occident d’une « communauté internationale » appelée à résoudre les situations conflictuelles sur la base d’une foi en la propagation inéluctable des droits de l’homme.

bkg

Les “nouvelles routes de la soie” et les ambitions mondiales de la Chine

Note de lecture du livre « La Chine dans le monde » (CNRS éditions, 2018 ; sous la direction d’Alice Ekman), par Baptiste Petitjean, directeur de la Fondation Res Publica.
Si la préoccupation du rééquilibrage économique intérieur a motivé le lancement du projet des « nouvelles routes de la soie », ce grand programme d’investissements et d’infrastructures reflète également l’omniprésence de la Chine en Asie et dans le monde. Mais derrière une politique étrangère devenue à la fois audacieuse et entreprenante, quelles sont les ambitions de la Chine sur le plan international ?

bkg

Déchiffrer le monde

Le dernier ouvrage de Thierry de Montbrial, « Vivre le temps des troubles », s’attaque avec une apparente simplicité à un défi redoutable, celui tout simplement de notre incompréhension du monde contemporain.

bkg

La diplomatie religieuse de l’Arabie saoudite: une “industrie idéologique”

Note de lecture du livre de Pierre Conesa, « Dr. Saoud et Mr Jihad. La diplomatie religieuse de l’Arabie saoudite » (Robert Laffont : 2016), par Baptiste Petitjean, directeur de la Fondation Res Publica.
Pierre Conesa, dans son dernier ouvrage, propose un décryptage inédit de la politique étrangère du Royaume d’Arabie saoudite. Au service d’un projet planétaire de propagation du « salafisme-wahhabisme », cette dernière a également pour objectif de préserver le règne de la maison des Saoud. Néanmoins, la diplomatie religieuse saoudienne s’inscrit dans un contexte de rivalités régionales exacerbées, menaçant de déboucher sur une « guerre de religions » au sein même du monde musulman [1].

bkg

Vers un monde hyper-industriel?

Note de lecture de l’ouvrage de Pierre Veltz, « La société hyper-industrielle – Le nouveau capitalisme productif » (Le Seuil, 2017), par Baptiste Petitean, directeur de la Fondation Res Publica.

Dans la perspective d’une série de travaux sur le thème des effets économiques et sociaux de la révolution numérique, la Fondation Res Publica recommande la lecture du dernier livre de Pierre Veltz. L’auteur, ingénieur et sociologue, présente une nouvelle configuration de la mondialisation fondée sur l’avènement d’un capitalisme non pas post-industriel mais hyper-industriel, et s’attaque, optimiste, aux idées reçues sur le déclin du site productif français.